トップ
TOP

トップ LanguageFrench

HISTORIQUE ET IDÉES ÉDUCATIVES DU LYCÉE MUSASHI

img01

Nos trois idées éducatives

  1. Avoir un esprit ethnique d'union entre les cultures orientales et occidentales.
  2. Être capable de se montrer actif globalement.
  3. Être autonome dans ses recherches et savoir penser par soi-même.

Notre école a été fondée en 1922, en tant que lycée de sept années d'études, sous l'ancien système éducatif japonais. Le premier directeur de l'école, Kiichiro NEZU, avait pour foi « La prospérité de l'État dépend de l'éducation », et pour volonté de « restituer au monde ce qu'il nous apporte ». L'ordonnance sur l'éducation de 1918, avait été promulguée de sorte que la période éducative du secondaire, passa de huit années (cinq années de collège et trois de lycée) à sept années (quatre de collège et trois de lycée). Le Lycée MUSASHI fut alors le premier établissement d'enseignement secondaire de sept années sous cet ancien système.

img02

img03

En près de vingt-trois ans, et jusqu'à la nouvelle reforme scolaire de 1948, plus de deux mille élèves étudièrent et sortirent du lycée Musashi. Nous sommes passés à un système cohérent du collège au lycée, de six années ; l'université MUSASHI fut crée la même année en 1949. Dès lors, « L'école MUSASHI » est constituée en trois entités : le collège, le lycée et l'université. Le collège et le lycée s'administrent comme une seule école, ainsi MUSASHI forme deux établissements distincts : le collège-lycée et l'université. Avec la réforme scolaire, nombreux sont les lycées de l'ancien système qui ont évolué en universités ou facultés, tandis que MUSASHI est resté un lycée tout à fait original comme précédemment mentionné. Le caractère de l'école est intimement lié à son histoire.
Trois idées éducatives sont profondément ancrées depuis la création de notre école. Il est très important aujourd'hui, encore plus que par le passé, de comprendre les diverses cultures de notre monde et d'essayer de les intégrer. La capacité à se montrer actif globalement, c'est un objectif d'éducation qui donne aux élèves l'habilité à travailler sur la scène mondiale. Il est courant maintenant d'avoir diverses vues sur le monde de sorte que cette idée est un guide pour les jeunes, et vient en soutien à la première idée. La troisième idée, différente de deux autres, forme à la préparation de la vie quotidienne. Par la foi de cette pensée se trouve toujours l'importance de devenir un homme honnête et remarquable. Les professeurs d'aujourd'hui veulent et visent aussi dans leur éducation à ce que les élèves deviennent des hommes autonomes. Voilà le cadre essentiel du lycée MUSASHI.

img04

img05

Du fait de ces principes particuliers, il n'y a pas de règlement intérieur qui impose aux élèves leur tenue vestimentaire, leur style de coupe de cheveux et les affaires qu'ils peuvent emporter à l'école. Cela ne signifie pas que nous n'accordons que peu de valeur à ces choses-là, mais nous laissons à chaque élève le libre choix sur sa conduite. Quand ce comportement n'est pas propre à la vie lycéenne, il doit lui être enseigné, bien sûr, avec la collaboration des parents. Mais fondamentalement, les élèves doivent eux-mêmes réfléchir d'abord. Cette tradition à notre école est représentée parfois par le mot « liberté ». Il est difficile de mettre une ligne précise entre le respect de la liberté et la permission individuelle car la limite n'est pas toujours nette. Nous croyons que ce n'est pas une bonne éducation que de tomber dans le laisser-faire ou, au contraire, de donner des règlements à excès pour éviter cette difficulté.
L'aspect d'apprentissage. Dans les petites classes de l'éducation successive durant six ans (trois de collège et trois de lycée), les élèves apprennent la bonne attitude pour aborder les études. Le but n'est pas de mémoriser les choses enseignées passivement, mais d'avoir la motivation d'étudier de sa propre initiative, ensuite d'apprendre la joie de résoudre les problèmes par soi-même. Cette expérience leur donnera l'attitude élémentaire de rechercher qui durera toute leur vie. Nous considérons que les élèves apprennent chaque matière année par année méthodiquement, et le résultat de ces études arrivera lors de la dernière année, au moment de l'examen d'entrée à l'université. À notre école, d'un coté nous concentrons l'enseignement sur l'examen universitaire, et d'un autre coté nous soignons l'éducation vraiment utile pour la vie. Nous souhaitons que nos élèves profitent de ces six années dans ces valeurs pour établir des bases solides pour une bonne vie.

img06

img07

Pour cela, nous voulons que les élèves participent avec enthousiasme non seulement aux études mais aussi aux activités extrascolaires, et nous les y encourageons sans leur imposer. On désire que les élèves deviennent actifs au point qu'ils développent des activités personnelles, indépendamment de l'école, et nous avons créé à ce sujet une institution de recommandation. Ces activités indépendantes peuvent faire apparaître bien plus d'échecs et de difficultés que celles dirigées par les professeurs. Mais ce qui pourrait sembler être du gaspillage s'avère tout a fait bénéfique pour chaque élève qui est maître de ses choix personnels. L'école MUSASHI pense qu'il est préférable pour un élève d'avoir beaucoup d'échecs que de ne pas en avoir, car ils forment l'avenir. Nous souhaitons vivement que de tels élèves soient nombreux à MUSASHI et qu'ils, non seulement poursuivent ces traditions, mais aussi les fassent évoluer toujours de manière positive.

french01

french02

to-top